La crise internationale actuelle et le contexte géopolitique dans lequel l’Europe et les pays occidentaux devront évoluer au cours de ces prochaines décennies demandent à la fois une profonde prise de conscience culturelle mais également des actions politiques effectives. En effet, bien que concurrencées par des formes alternatives de pouvoir et par les nouvelles dynamiques des relations internationales, les principaux acteurs du monde contemporain se réfèrent encore aujourd’hui aux valeurs jadis élaborées par la culture politique européenne. Toutefois, même les pays dans lesquels sont nées et ont été développées ces idées font désormais montre de tensions et de contradictions qui doivent nous amener à repenser la tradition et à créer une nouvelle formulation de ces principes ainsi que des pratiques concrètes qui les accompagnent.

Ce que l’on a nommé de manière rhétorique « Racines de l’Europe » – soit les origines grecques de la démocratie et la synthèse médiévale du christianisme – semble à présent trop éloigné et certainement trop faible pour répondre aux problématiques actuelles. Ces dernières requerraient bien plutôt une reprise en profondeur des réflexions philosophiques et culturelles desquels résultent les trois moments fondamentaux de la Modernité, à savoir : 1) Les Lumières comme base conceptuelle politique et éthique et l’idée de Raison comme modèle critique ; 2) les Etats nationaux comme communautés qui se définissent par un langage commun et une culture unifiée et que préservent des frontières stables ; 3) les  relations internationales considérées comme un équilibre des pouvoirs guidé par des principes et des valeurs partagées.

Les crises et les conflits actuels ne doivent pas nous faire perdre de vue que la Modernité fut le grand laboratoire de l’Europe et que son héritage caractérise encore de nos jours les nations et les cultures européennes et occidentales dans le monde. Ainsi, bien que le XXe siècle ait été le témoin d’une profonde et dramatique distorsion de ces valeurs, il a également assisté à leur réaffirmation au travers de la défaite du totalitarisme et de l’élaboration du projet européen commun, bien que ce dernier soit encore loin d’être pleinement réalisé.

Pour toutes ces raisons, nous avons plus que jamais besoin de l’Europe.

 

Les solutions qui pourraient émaner des réflexions et des actions philosophiques, politiques et culturelles constituent un défi complexe : la justice par delà les frontières, des frontières nationales à celles générationnelles, les genres et l’appartenance ethnique ; la crise environnementale, qui nécessite dès a présent des mesures effectives mais qui se bute parfois à des forces contraignantes ; l’immigration et l’ethos des sociétés multiculturelles ; la crise des institutions européennes et le besoin de reformuler le projet de l’Union Européenne ; les inégalités économiques et les troubles sociaux qui en résultent, dans les nouveaux ghettos et les banlieues ; les tensions systémiques générées par l’économie capitaliste et le besoin de croissance et de développement.

La coopération des universités, des centres de recherche, des mouvements culturels, des acteurs politiques et des forces économiques semble donc d’une importance cruciale pour faire face à ces défis.

C’est dans ce contexte que le Centre International de Recherche pour la Culture et la Politique Européenne – institué le 15 janvier 2017 à l’Université San Raffaele de Milan- se propose de créer un réseau regroupant les centres et les chercheurs internationaux s’intéressant à ces enjeux ainsi que les institutions et les personnes d’influence de la scène économique et sociale dans le but de proposer et d’adopter des visions et des politiques adéquates.

Le Centre est affilié au Centre Cultural Européen Palazzo Arese Borromeo

Le Centre International de Recherche pour la Culture et la Politique Européenne a pour objectif de réaliser des projets de Recherche et d’étude sur la culture et les politiques européennes dans un climat de coopération entre les diverses institutions internationales, sans se limiter aux seules structures européennes. Les principales thématiques seront les suivantes :

  • Les valeurs essentielles de la culture européenne et en particulier les concepts de Liberté, de Justice, de Droits et d’Histoire
  • L’idée de liberté politique et individuelle dans la pensée moderne
  • Le modèle éthique hérité des Lumières et l’éthique contemporaine comme caractéristiques de la moralité européenne
  • Le principe de respect des personnes dans le débat contemporain : les droits, les flux migratoires, l’environnement, les relations entre Etats, la Justice et l’Egalité au delà des frontières
  • Les défis issus de la globalisation et le rôle de l’Europe dans cette dernière
  • Les principes de développement durable et la question de la décision publique
  • Les formes de développement et le futur de l’Union Européenne
  • Le rôle de l’opinion publique dans nos sociétés et de la culture littéraire et artistique dans le contexte social européen

Le centre produira des projets de recherches scientifiques, en coopération avec les chercheurs et leurs centres qui participeront au Comité Scientifique. Le réseau participera aux appels de fonds pour la recherche nationale et européenne.

Le Comité Scientifique définira un thème de recherche assez large et flexible pour tenir compte des recherches déjà existantes dans les divers centres.  Chaque centre développera sa propre déclinaison du thème de recherche en vue de rencontres, d’échanges et d’interactions bilatérales et multilatérales, qui aboutiront à une conférence internationale à laquelle participeront tous les intéressés en présentant les résultats de leurs travaux. La Conférence comprendra un aspect scientifique et public ce qui impliquera la présence de représentants de l’Union Européenne, des forces économiques et sociales et des autorités nationales et locales. La Conférence se clôturera par une Recommandation Politique sur le thème choisi visant à suggérer des idées, des stratégies et des politiques aux institutions et au public. Ces dernières auront par la suite vocation à être diffusées à grande échelle. Les articles présentés seront ainsi proposés à la publication dans un ouvrage ou une revue internationale.

Le Centre et la Conférence seront accueillis par le Palais Arese Borromeo de Cesano Maderno, tout proche de Milan.

Le Centre est affilié au Centre Cultural Européen Palazzo Arese Borromeo

Direction 2017-2020

Roberto Mordacci (Directeur), Président de la Faculté de Philosophie, Università Vita-Salute San Raffaele

Massimo Cacciari, Professeur émérite de Philosophie, Università Vita-Salute San Raffaele

Alessandro Del Maschio, Recteur, Università Vita-Salute San Raffaele

Membres du Centre de recherche

Roberta De Monticelli, Filosofia della Persona, Università Vita-Salute San Raffaele

Francesca De Vecchi, Ontologia Sociale, Università Vita-Salute San Raffaele

Francesca Forlè, PhD, Centro PERSONA, Università Vita-Salute San Raffaele

Francesca Pongiglione, Filosofia sociale, Università Vita-Salute San Raffaele

Massimo Reichlin, Etica della vita, Università Vita-Salute San Raffaele

Roberta Sala, Filosofia politica, Università Vita-Salute San Raffaele

Sarah Songhorian, PhD, Cattedra Giuseppe Rotelli di Filosofia, Università Vita-Salute San Raffaele

 

Comité Scientifique

France:

Germany:

Spain:

Belgium:

Serbia:

Sweden:

UK:

U.S.

Italy: